Revue RECTO-VERSEAU : éducation holistique

(Revue RECTO – VERSO de juillet 2020)

Quand il m’a été proposé la possibilité d’un article sur l’éducation, ma réponse fut immédiate tant ce sujet m’occupe et me parait fondamental. Pourtant je n’ai rien à voir avec la sphère éducative au sens habituel. Médecin de formation, thérapeute, tout ceci semble bien loin de ce propos, mais de fait non ! bien au contraire.

Encore faut-il définir le sujet et, en France, nous avons le chic pour la confusion des genres. La crise du covid.19 en est une belle illustration.  Nous avons un ministère de « l’éducation nationale » et dans ce cadre il est donné des cours d’instruction civique. On marche sur la tête !!, tout est à l’envers. Ainsi éduquer son chien reviendrait à lui enseigner les matières scolaires pour lui permettre de lire et écrire. Je n’ai point l’impression qu’il s’agisse de cela dans les clubs d’éducation canine. Quand vous avez un petit chat de suite on vous dit de l’éduquer à faires ses besoins dans sa litière etc. etc. on lui apprend comme l’on dit « les bonnes manières «, ceci étant toujours valable pour l’éducation des enfants ?

Revenons au fondamental, qu’est-ce que l’éducation ?  « L’art de former une personne, en développant ses qualités physiques, intellectuelles et morales de façon à lui permettre d’affronter sa vie personnelle et sociale avec une personnalité épanouie. ». « Action d’élever ou de dresser des animaux domestiques «. Dans ces définitions, plusieurs aspects interpellent. Il y est question d’art, de qualités morales, d’épanouissement, d’esprit et, cette notion très intéressante concernant les animaux domestiques (seulement ?) qui est cette frontière entre : élever ou dresser. Souvenez-vous ! les humains dressent les animaux à « leur façon de voir, de vivre etc.  « Tout comme d’autres hommes, réduis à l’état animal. Les camps de rééducation, les goulags, la rééducation par le travail, la révolution culturelle …croyez vous que ce soit histoire ancienne ?

On ne peut pas parler d’éducation si on n’est pas conscient de ses dérives ni du distinguo avec l’instruction. Enfant, né dans une famille de culture catholique, j’ai fait mes études dans une école sous contrat d’état, dirigée par des religieux. Je recevais donc l’instruction des programmes académiques ainsi que des cours d’éducation religieuse. Et je pense qu’il en était ainsi pour certains enfants de milieux judaïques, musulmans etc. Bien sur l’éducation reçue dans ce contexte est fonction des connaissances enseignées par ces traditions. (Il en est toujours ainsi y compris pour le bouddhisme, l’indouisme et même l’éducation laïque qui n’échappe pas à la règle), fonction bien sur aussi des valeurs considérées comme importantes pour former et enrichir l’esprit de l’enfant (et de l’adulte)

C’est là que nous voyons encore le lien entre connaissance et éducation.
Il y a quelque siècles la connaissance du système héliocentrique s’est heurtée douloureusement au système éducatif religieux dominant de l’époque. Aujourd’hui la connaissance a modifié cette relation. Il y a des décennies quand Omran Michael Aivanov parle d’éducation prénatale ,de l’influence et du rôle du vécu des parents , de leurs pensées et émotions sur le phoetus et sur toute la vie intra-utérine ,C’est un tôlé général dans le milieu de l’éducation nationale et même dans certains milieux confessionnels .Aujourd’hui, les connaissances des neurosciences , de la neurophysiologie , des investigations de l’imagerie ,la science de l’épigénétique qui bouscule les données classiques de la simple génétique, le études en psychologie et les travaux sur la vie intra-utérine .. , rendent ringard aujourd’hui ceux qui ne s’intéressent pas à l’éducation prénatale.

Alors revient cette étroite frontière « pour élever ou pour dresser «

Par définition l’éducation recherche l’épanouissement, il est donc fondamental que l’éducateur incarne cette valeur .Voilà pourquoi sans doute dans toutes les traditions il existe des Maitres, des Anciens, des Référents qui ont donnés des preuves et parcouru le chemin.

. Quand on parle d’éducation physique, il est question d’exercices physiques et sportifs destines à assurer le développement harmonieux du corps. Au fil du temps, la connaissance précise de la physiologie, de l’anatomie, etc. a permis de modifier, adapte, enrichir cette pratique. La préparation des sportifs est devenue un art de haut niveau. Qui choisit on comme sélectionneur, entraineur ? les champions qui ont parcourus le chemin.

Nous voyons que pour développer les moyens à mettre en œuvre pour assurer cette éducation, il faut en connaitre l’objet, la nature, la constitution. Alors là, mes études médicales et thérapeutiques m’ont beaucoup apporté. Très tôt j’ai découvert l’acupuncture et ses différentes énergies ainsi que ses nombreux circuits et ses circulations rythmées. J’ai découvert ensuite les médecines thibétaines, ayurvédiques, esséniennes qui m’ont révélée la superposition extraordinaire des structures dont nous sommes constitués.

Il nous faut donc une éducation à ces structures pour savoir les utiliser, les entretenir pour notre épanouissement.

L’éducation ne peut que qu’appuyer sur la connaissance de QUI nous sommes. Dans l’incarnation je ne suis pas que ce corps matière, je suis un être énergétique, avec des structures complexes qui s’interpénètrent, mais qui s’enseignent, s’étudient et débouchent donc sur des pratiques, des exercices. Mais ! sommes-nous que cela ? certes pas !

J’ai parlé des structures énergétiques car leur existence est connue de beaucoup, cependant il ne faut pas nous réduire à cela. Parler de vibrations, de fréquences, serait plus juste et peut être même plus facile à intégrer et à visualiser pour comprendre ce « qui « nous sommes. Cette nature LUMIERE qui caractérise le vivant , nous invite à intégrer la dimension héliocentrique. Un grand pas nous est proposé, celui du basculage (Age de la bascule) vers notre dimension solaire.

A l’heure ou la réalité de la structure de notre univers est chahutée par les nouvelles découvertes de l’astrophysique et de l’astronomie, à l’heure où les très nombreuses expériences d’expansion de conscience sont publiées, documentées, à l’aube des nouvelles thérapies et médecines (ondes scalaires, ondes informationnelles, thérapies fréquentielles etc.), des connaissances quantiques et des lois fondamentales qui régissent nos inter- actions et interrelations.

Comment pouvons nous penser que l’éducation se résulte à « de bonnes manières » ou à de l’oppression ? non !

La véritable éducation est une science basée sur la connaissance des principes qui régissent la nature profonde de l’être, et des  lois irréductibles de la vie. Car il était question de cela dans la définition de départ : « permettre à l’enfant (. Adulte) d’affronter la vie. » L’éducation est donc la science de la VIE.

 

Comments are closed.